vendredi 15 août 2014

Réflexion : L'immunisation psychologique pour mieux préparer nos enfants au bonheur !



Dans son livre"L'école de l'optimisme", Martin Séligman évoque un terme assez intéressant : l'immunisation psychologique. Il m'a semblé encore plus intéressant d'approfondir ce sujet et voilà le résultat de ma petite recherche du jour et de ma réflexion l'accompagnant.

Selon le dictionnaire français de Larousse, voici la définition de l'immunisation :
"Ensemble de circonstances ou de procédés qui déclenchent, chez un individu, une réaction immunitaire permettant à l'organisme de se défendre contre un élément étranger (substance, micro-organisme), nommé antigène."

L'un des synonymes les plus connus de l'immunisation est la vaccination, qui est, selon l'encyclopédie wikipédia : 
"un procédé consistant à introduire un agent extérieur (le vaccin) dans un organisme vivant afin de créer une réaction immunitaire positive contre une maladie infectieuse. La substance active d’un vaccin est un antigène destiné à stimuler les défenses naturelles de l'organisme (le système immunitaire)".

Mais alors en quoi consisterait une vaccination psychologique, autrement dit une immunisation psychologique ?

Il s'agirait alors d'introduire un petit stimulus "pertrubateur" extérieur (équivalent au vaccin) dans notre vie afin de créer une réaction positive et constructive à ce stimulus. Ce petit stimulus perturbateur aurait pour objectif de stimuler nos capacités d'adaptation et de réactions positives naturelles. (le système de résilience)

Globalement, plus nous entraînons notre corps à réagir à une perturbation de petite taille, plus il s'habitue à y répondre de façon adaptée, plus il est prêt s'il doit y faire face, à réagir de façon positive et constructive ensuite à des situations beaucoup plus perturbatrices.

J'aime beaucoup cette idée ! 

Finalement, cela signifie que plutôt que d'éviter les situations qui peuvent nous mettre en difficulté, voire en échec, mieux vaut au contraire s'y habituer petit à petit, sur des petites difficultés et des petits échecs !

Et si nous avons des enfants... notre rôle n'est donc pas d'éviter toutes les difficultés à nos enfants, ni d'éviter de les mettre en échec à tout prix, mais bien au contraire de leur apprendre par petites doses (des petits vaccins, puis ses petits rappels), à accueillir ces difficultés et échecs, et à trouver en eux des ressources pour les accepter, les surmonter, leur trouver même du sens pour mieux rebondir ensuite !

Intéressant non ?? :)

Cécile Neuville, Psychologue

1 commentaire:

Sandrine ROUILLON a dit…

Bravo Cécile, je suis tout à fait d'accord avec toi!
Alors imaginons, tout ces "Trucs et Astuces" dés le plus jeune âge, comme un manuel indispensable inclus dans le programme
Education Nationale....et imaginons tous les bienfaits....Géantissime!!! Des petits Colibris participant au développement du Bonheur de notre monde!

Enregistrer un commentaire